AUTOUR DU MONDE,  CANARIES,  ESPAGNE

FUERTEVENTURA: NOTRE PROGRAMME

UNE SEMAINE DE SOLEIL EN HIVER

Vol Bordeaux   Fuerteventura

Prise du véhicule de location à l’aéroport de Fuerteventura

Visite des salines, de Betancuria et des villages alentours

Visite de la côte Nord Est : balade en ville et dans les dunes de Corralejo

Soirée coucher de soleil de l’autre côté de l’île à El Cotillo

Escapade sur l’Ile de Lobos pour la journée

Soirée Irish Pub à Corralejo

Matinée off

Après-midi dans les terres du Nord de l’île : la Oliva et Villaverde ; et soirée sur la côte sauvage d’El Cotillo

Visite des petits villages de la côte : las Playitas et son sable noir et le port de Gran Tajaral

Changement d’hôtel pour visiter le sud de l’île et détente

Matinée à l’hôtel pour profiter de la plus belle journée ensoleillée de la semaine

Balade en vélo pour longer la côte du parc national de Jandia

Direction Cofete et sa belle côte sauvage pour le déjeuner

Après-midi sur la côte, jusqu’à Costa Calma, pour profiter des belles plages du Sud

Restitution du véhicule de location à l’aéroport de Fuerteventura

Vol retour Fuerteventura  Bordeaux

JOUR 1

VISITE DES SALINES

DE BETANCURIA

ET DES VILLAGES

ALENTOURS

On a démarré cette semaine en prenant un vol Bordeaux-Fuerteventura à 6h00 le matin (coucou le vol matinal et la nuit blanche !! :)) mais c’était génial car du coup on avait la journée complète pour profiter sur place !

A l’arrivée à l’aéroport, on a directement filé au comptoir du loueur de voiture pour récupérer notre véhicule de location. Cette expérience avec CICAR a d’ailleurs fait l’objet d’un autre article, cliquez ici pour connaitre notre avis. 

On a choisi de filer directement aux célèbres salines qui se situent juste à côté de l’aéroport à Las Salinas Del Carmen. C’est un petit village assez authentique, aux petites maisons blanches de pêcheurs… Il est attenant aux marais salants, qui sont présents sur l’île depuis les années 1700. Ca y est, on se sent en vacances ! On s’est baladé autour des salines et du fameux squelette de baleine qui fait 19.50 mètres de long, mais vous pouvez également visiter le musée (comptez 6 EUR l’entrée par personne).

Nous avons repris la route pour filer directement jusqu’au centre de ville et à sa ville historique Betancuria. La route pour s’y rendre est super sympa, n’hésitez pas à faire une pause au Mirador Morro Velosa qui offre un panorama à 360 degrés sur la vallée, que vous pouvez admirer tout au long de la route… Vraiment dépaysant !

A l’arrivée à Betancuria, quelle bonne surprise ! C’est un vrai petit village de carte postale, au milieu des montagnes. Des petites maisons blanches autour d’une belle église, au milieu de la montagne, des chèvres et des ânes… Bref on s’est pas mal baladé et on a adoré ! Vous pouvez choisir de visiter l’intérieur de l’église Santa Maria (1,50 EUR l’entrée), ou le musée archéologique consacré à l’histoire des aborigènes et la colonisation de l’île.

On a déjeuné au restaurant Bodegon Don Carmelo : endroit assez typique aussi, avec un beau patio pour déjeuner. Comptez 14 EUR par personne pour un mélange de tapas espagnols et un verre de vin. Sympa mais pas fou!

 

Dans l’après-midi, nous avons filé sur la célèbre route FV-30 qui part de Betancuria et rejoint Pajara. Une belle surprise et encore une fois une belle balade, avec des spots un peu partout tout le long de la route pour s’arrêter profiter du paysage et prendre des photos… spectaculaires. Les petits villages que l’on traverse, comme Vega de Rio Palmas, évoque sans aucun doute l’atlas marocain avec ses palmiers et son paysage aride.

On terminé notre chemin dans la ville de Tuineje où nous avons choisi de séjourner pour les 4 premières nuits.

On s’est installé à l’hôtel, posés un peu… et… la nuit blanche nous a rattrapés 😉

OU LOGER A FUERTEVENTURA – 1ERE PARTIE

 

Pour la première partie du séjour, nous avons logé au B&B Plain of Flowers

 Noté 9,2/10 sur Booking.com 

 A partir de 20 EUR la nuit par personne avec le petit déjeuner

 Installation très simple, mais le jaccuzzi à l’extérieur y fait la valeur ajoutée, l’emplacement est assez central et le propriétaire Paul est adorable et très accessible

 Le petit déjeuner est inclus, par contre il n’y a pas la possibilité de se faire à manger (il n’y a qu’un évier)

Llano Florido 4, 35629 Tuineje, Espagne

JOUR 2

VISITE DE LA COTE

NORD - CORRALEJO

ET SES DUNES

Après un réveil en douceur et un petit déjeuner au bord du jaccuzzi, on a pris la route pour Corralejo. Comptez 1h de route depuis Tuineje pour rejoindre le nord de l’île.

La ville de Corralejo est assez surprenante par rapport sur reste de l’île. On m’en a souvent dépeint un paysage bétonné et repoussant… Et c’est à l’opposé de ce que j’ai ressenti en arrivant là bas. On y retrouve, certes, beaucoup d’hôtels et de lotissements, mais c’est également un port de pêche, avec sa brochette de bars et restos au bord d’un eau turquoise sous le soleil… Bref je m’y suis sentie bien et j’ai aimé avoir un peu de vie après avoir été plongée au sein de ces grandes étendues sauvages.

Les petites plages qui longent la ville et le port étaient en revanche bondées de méduses et la baignade n’était pas autorisée. Il faut continuer un peu plus loin pour pouvoir profiter de l’océan. C’est aussi le point de départ pour les bateaux qui se rendent vers les iles voisines : Lanzarote ou l’île de Lobos.

Nous avons choisi de déjeuner au restaurant grill qui se trouve le long de la plage et c’était une belle découverte: les entrecôtes sont servies à table avec un petit barbecue afin de vous permettre de continuer à faire cuire vos aliments ! Bon rapport qualité/ prix dans l’ensemble et personnel très sympa.

Après avoir un peu trainé au resto, on a repris la voiture pour filer dans les dunes de Corralejo. Vous pouvez vous garer tout le long de la route et le paysage est assez spectaculaire : la mer et les plages d’un côté, les dunes à perte de vue de l’autre… c’est un mini Sahara de 2600 ha qui s’offre à vous, face à la chaine de montagne du nord de l’île. On s’est régalé pendant plus d’une heure à se balader dans les dunes. Vous pouvez aussi réserver des excursions en quad ou en buggy au centre ville, mais on va pas se le cacher, c’est pas donné !

On a voulu filer à El Cotillo pour la soirée pour voir le coucher de soleil, mais on a tellement trainé dans les dunes qu’on est arrivés à la nuit tombée sur la côte ouest. Nous avons été assez perturbés par le… silence de Corralejo, qui peut être très chouette mais qui s’est avéré assez déroutant en arrivant sans connaitre la ville. Mais El Cotillo, c’est le repère des surfeurs avec le bruit des vagues en fond, on s’y sent apaisé… et le petit bar de roots qu’on a trouvé nous a convaincus !

Retour à l’hôtel pour la nuit

JOUR 3

L'ILE DE LOBOS

Après le petit déj au B&B, départ “matinal” pour rejoindre à nouveau Corralejo et prendre nos billets pour filer sur l’île de Lobos. Nous avons choisi d’être joueurs et de prendre les billets directement sur place (il y a tout un tas de guichets le long du port de Corralejo), parce qu’on se savait hors saison. Pendant les vacances ou l’été, on vous conseille quand même de les réserver à l’avance pour être tranquille.

Nous avons pris nos billets avec la compagnie Ferry Lobos Express et l’aller retour nous a couté 15 EUR par personne. En hiver, le premier départ est à 10H00 et le dernier retour à 17H00. Nous avons choisi de prendre le bateau à 11H00, il faut compter 15 à 20 minutes pour rejoindre l’île de Lobos juste en face. 

La plupart des bateaux proposent la vision sous marine, c’est sympa mais pas sensationnel dans la mesure où les fonds marins sont assez blancs et homogènes sur cette partie… On a juste vu quelques poissons par ci par là!

L’île en elle même, d’une taille de 5 km2,  est un régal tellement elle est sauvage. Elle a été classée parc naturel en 1982, et regroupe une poignée d’habitants seulement, regroupés autour du port d’El Portillo. Nous avons commencé par commander notre repas au seul restaurant de l’île, puis nous sommes partis boire une petite bière sur la plage de la Concha, la plus belle de l’île, en attendant notre service pour déjeuner.

LE TIP DE PISA : ce fameux restaurant ne vous sert que sur réservation. Commandez votre repas dès votre arrivée ! (entre 11H et 13H) à travers la petite fenêtre ouverte sur la ruelle… Difficile de vous donner une indication, un nom,  il n’y a rien d’indiqué, si ce n’est ce petit monsieur qui attend sagement derrière son comptoir ! Il y a par la suite deux services : 13H00 et 14H30-45, dans une petite salle à l’ambiance de cantine !

Après manger, nous avons filé faire le tour de l’île en suivant le sentier : comptez 2H en marchant bien pour aller jusqu’au phare et revenir, soit environ 8 KM. Les paysages sont sublimes, entre lagunes, montagnes et paysages semi-arides. On s’est régalés, la faune et la flore sont particulièrement surprenantes et agréables… On n’a regretté de ne pas pouvoir rester davantage !

LE TIP DE PISA : Il n’y a pas d’ombre et pas de quoi se restaurer ou boire quelque chose durant le reste de la journée, donc prévoyez de quoi ! Il y fait particulièrement chaud. 

Pour la soirée, nous sommes restés sur Corralejo car on y avait aimé l’ambiance la veille. On a commencé par boire une bière à l’Irish Pub Mc Carthys, et… quelle erreur! Nous y avons passé la soirée car l’ambiance y est juste GENIALE ! Le bar est tenu par des anglo saxons, les clients sont anglo saxons, mais il y a des concerts tous les soirs et c’était un sacré bon moment, bien qu’il n’ait rien de typiquement espagnol ! :-p

Retour à l’hôtel pour la nuit

JOUR 4

VISITE DE LA OLIVA,

VILLAVERDE ET DE LA

COTE D'EL COTILLO

En ce matin du jour 4, nous avons décidé de profiter de la matinée en se posant un peu au B&B et au jaccuzzi… C’est quand même les vacances héhé !

On a pris la route vers midi en direction de La Oliva

TIP RANDONNEE : En passant sur la route vous aurez d’ailleurs l’occasion d’admirer la montagne Tindaya, qui, si vous avez le temps, permet de faire une randonnée très sympa (comptez environ 5H de marche pour +/- 15 km). 

La Oliva est l’ancienne capitale du royaume majo du Nord, et il reste quelques monuments de ce passé prestigieux. Nous nous sommes arrêtés pour visiter la Casa de Los Coroneles, même si j’avoue qu’on s’est davantage amusés à se balader aux bâtiments abandonnés alentours et à admirer la colonie d’écureuils qui y logent ! Si vous souhaitez visiter la casa, il y a un patio sympa à l’intérieur et l’entrée est à 3 EUR. Nous nous sommes arrêtés au coeur du village à l’église Nuestra Senora de la Candelaria, particulièrement sobre et bien entretenue. La place est très belle, et son clocher en pierre de lave sombre contraste clairement avec ses façades blanches.

Nous avons filé par la suite à Villaverde pour s’arrêter au supermarché superdino s’acheter un pique nique. Nous nous sommes posés au pied des moulins, eux aussi en très bon état. La vue y est très sympa ! 

TIP RANDONNEE : Dans ce coin aussi vous trouverez une randonnée sympa : la Malpais de la Arena. Elle traverse cette plaine de lave de lichen verdâtre, jusqu’au cratère du volcan Montana de la Arena (dernière phase d’éruption de l’île).

On est repartis à El Cotillo pour la fin d’après-midi, cette fois-ci de jour, pour faire le tour des plages particulièrement réputées. Il faisait relativement gris donc pas d’eau turquoise en vue mais les paysages n’en n’étaient pas moins beaux ! Nous nous sommes posés sur la grande plage de la Concha, puis nous avons filé plus au sud à celle Del Aljibe de la Cueva et ses falaises incroyables. On pourrait s’y balader des heures, El Cotillo regorge de grandes plages et de plus petites critiques, de plus en plus sauvages, pleines de nuances de bleu et de vert. 

On a terminé au petit bistrot El Pintxo pour goûter la bière Ocho Pies, bière artisanale des Canaries. Pour le diner on a filé de l’autre côte, au Coliba Café et la carte nous a particulièrement intrigué par ses notes françaises… On ne s’y est pas loupés, le resto est tenu par 2 corses et leur cuisine est un vrai régal. Ils nous ont d’ailleurs fait tester la liqueur Rhum Miel typiquement canarienne, très sympa ! Comptez +/- 15 EUR par personne pour un plat et une boisson.

Retour à l’hôtel pour la nuit

Ceetiz - Ceetiz - Jusqu'à -30%

JOUR 5

LA PLAGE DE SABLE

NOIR DE LAS

PLAYITAS, PUIS

DIRECTION LE SUD

En ce jour 5, nous quittons la partie centre/ nord de l’île pour rejoindre la douceur du sud. Nous faisons donc nos valises à notre b&b, direction notre nouvel hôtel ! Nous quittons le b&b en fin de matinée et nous avons filé en chemin sur la côte est, pour la belle plage de sable noir Las Playitas

Quelques hôtels, bars et restaurants occupent le bord de mer mais cela reste très paisible. Les paysages changent un peu du reste de l’île, les maisons blanches contrastent avec le sable noir et les hautes montagnes. On a vraiment aimé cet endroit. On en a profité pour filer jusqu’au phare de la Entallada, qui offre un panorama extraordinaire sur l’océan. La route de montagne est très sinueuse pour s’y rendre et parfois un peu étroite. Mais le jeu en vaut la chandelle, c’est vraiment un de mes endroits coups de coeur de l’île ! 

On s’est installé au port de Gran Tajaral pour pique niquer. Mis à part que la ville est recouverte de street art et que c’est sympa, je n’ai pas vraiment aimé me poser dans cet endroit… Cela reste une ville classique sans grand interêt selon moi.

Pour terminer, nous avons filé tout au sud en direction de Morro Jable pour rejoindre notre hôtel. La route est sympa car on peut apercevoir les grandes et belles plages du sud d’une part, et des montagnes blanches d’autre part qui contrastent avec le nord, couleur ocre.

Nous nous sommes installés à l’hôtel pour la soirée. Entre piscine chauffée et jacuzzi avec vue sur la plage et les palmiers, je vous avoue que la détente était totale !

OU LOGER A FUERTEVENTURA – 2EME PARTIE

 

Pour les 3 dernières nuits, nous avons logé à l’hôtel SENTIDO Bouganvilla Hôtel & Spa 4* NL

 Noté 9,0/10 sur Booking.com 

 A partir de 65 EUR la nuit par personne en formule tout inclus (repas et boissons)

 Hôtel face à la mer au coeur de Morro Jable et pas trop loin du port, boutiques bars et restaurants aux alentours

 La restauration est vraiment top ! Sous forme de buffet, il y a pas mal de choix, beaucoup de poisson et de spécialités locales, on s’est régalé ! Par contre les animations en journée sont inexistantes et celles du soir sont… très bofs bofs!

Las Afortunadas, 2, 35625 Morro del Jable, Espagne

JOUR 6

balade en velo le

long du parc

national de jandia

Pour la plus belle journée de la semaine, nous avons pris le temps le matin de prendre le petit déjeuner à l’hôtel, qu’on valide carrément avec des buffets sucrés et salés vraiment bons et complets.

Nous avons profité de l’hôtel et des alentours : piscine, plage… avant le déjeuner. C’était vraiment une belle matinée au soleil avec ses 27 degrés ressentis. On avait l’impression d’être au bout du monde… Comme quoi, le soleil en hiver n’est pas si loin et je pense que c’est ce qui a finis de nous convaincre de revenir ici.

En début d’après-midi, nous sommes partis louer des vélos en face de l’hôtel. Ce n’était pas les moins chers (comptez 12 EUR par jour par vélo, même si vous ne louez qu’à la demi journée), mais les vélos sont de qualité (VTT Orbea) donc c’était sans regret.

Nous avons filé le long de la piste cyclable pour l’après-midi, qui part du port jusqu’au nord de la plage de Morro Jable. Nous avons choisi de continuer le long de la plage (héhé pas évident le vélo dans le sable mais c’était super de se promener au soleil en bord de mer !). Nous sommes remontés jusqu’à la plage d’Esquinzo. Après avoir fait une pause, nous avons du faire demi tour car le temps allait nous manquer, mais vous pouvez filer jusqu’à la plage de Sotavento qui est juste INCROYABLE sous le soleil. Pour le retour, nous sommes passés par la route, qui longe l’autoroute du sud. Le chemin est beaucoup plus praticable et facile quelle long de la plage, bien évidemment 😉 

Au final, cette petite sortie à vélo nous a pris l’après-midi. Comptez +/- 8 km jusqu’à la plage d’Esquinzo, et +/- 15 km jusqu’à celle de Sotavento.

On ne peut que vous conseiller de terminer l’après-midi pour le coucher de soleil au sud de la plage de Morro Jable… Le spot est en hauteur, avec un superbe panorama !

JOUR 7

visite de la cote

sauvage cofete

avant de rejoindre

les plages de l'est

Dès le réveil de ce dernier jour, nous étions un peu dégoutés par le contraste du climat avec les autres jours de la semaine… de la grisaille et quelques goûtes de pluie ! Nous avons tout de même pris la route pour la célèbre et sauvage plage de Cofete. Depuis Morro Jable, il faut compter +/- 45 minutes de route pour quelques petits 20 km. Dès la sortie de Morro Jable, nous ne sommes plus sur une route goudronnée mais le “chemin” est globalement en bon état, nous n’avons pas vu de difficultés particulières. 

LE TIP DE PISA: attention, certaines loueurs ne vous couvrent pas en cas d’accident sur les chemins non goudronnés.

Même sous la grisaille, on a adoré faire cette balade car les paysages sont tellement sauvages que cela leur donnait un côté encore plus mystique. Après avoir longé la route, vous arrivez de l’autre côté de la montagne et cela offre un panorama exceptionnel sur la plage de Cofete… Il y a quelques spots en bord de route pour s’arrêter admirer le paysage. Certains sont un peu plus téméraires (ou ont un peu plus de temps !) et partent jusqu’au Pic de la Zarza en randonnée.

Pour notre part, nous avons continué notre route jusqu’au village, où nous nous sommes arrêtés au restaurant. Il y servent des repas typiquement canariens, entre 5 et 15 EUR le plat ou tapas.

LE TIP DE PISA: le restaurant ne prend quasiment pas la carte bancaire pour la simple et bonne raison qu’ils ne captent pas internet en cas de grisaille… Prévoyez de l’espèce !

S’il fait beau, n’hésitez pas à descendre sur la plage pour profiter des rayons de soleil ! Mais attention à l’océan, les courants et les vagues sont particulièrement forts de ce côté.

Sur le chemin du retour, les plus téméraires iront jusqu’au phare de la Punta de Jandia pour admirer le panorama qu’il offre sur l’océan atlantique…

De retour sur Morro Jable dans l’après-midi, nous n’avons pas résisté à la tentation de repartir vers la plage de Sotavento, ce coup ci en voiture. Nous sommes tout d’abord remontés jusqu’à Costa Calma, qui nous a particulièrement plu avec son immense palmeraie. C’est vrai que cette station balnéaire a un côté plus familial et moins bétonnée que Morro Jable, et je pense que si on devait revenir sur Fuerteventura, on logerait plutôt de ce côté là. 

Nous sommes redescendu le long de la côte, et nous avons choisi de nous garer au milieu des dunes de Jandia, au parking à côté de l’hôtel Melia Gorriones. Nous n’avons pas regretté notre choix car nous avons pu y voir le coucher de soleil et l’endroit était juste sublimissime… Des palmiers, de la végétation, une plage immense à perte de vue et les dunes qui se fondent avec le coucher du soleil… Une belle dernière soirée !

JOUR 8

retour au bercail

Huitième et dernier jour, nous avons quitté l’hôtel très tôt le matin pour rejoindre l’aéroport de Fuerteventura. Il faut compter 1h10 depuis Morro Jable en voiture.

Nous avons restitué notre véhicule de location directement au comptoir du loueur CICAR à l’aéroport, et nous avons repris notre vol direction Bordeaux…et le froid !

Fuerteventura nous a laissé une souvenir remarquable, mais aussi le goût amer… de ne pas pouvoir y rester davantage ! On y reviendra, c’est sûr. C’est une très belle destination pour les amoureux de la nature et des grands espaces. Il y en a vraiment pour tous les goûts, et il est clair que… le soleil en hiver ne se refuse pas !

 

BON PLAN AIRBNB :  Cliquez ici pour avoir – 34€ sur votre première réservation

 
Booking.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *